iii/ les conséquences et les dangers de katrina

 

Cette vidéo est un montage réalisé a Gulfport au Mississippi durant le cyclone Katrina, on distingue les 4 grands dangers d’un cyclone : des vents puissants, d’intenses précipitations, la houle cyclonique et la marée de tempête.




        A /LES DANGERS DU CYCLONE 


               1) La marée de tempête 


La marée de tempête de Katrina a été mesurée entre 7,9 mètres et 8,5 mètres. Elle a provoqué d’énormes inondations le long des côtes de la Nouvelle-Orléans comme on peut le voir sur la vidéo.

Ce phénomène peut s’expliquer par deux facteurs propres aux cyclones. En effet l’un de ces facteurs est la pression très basse qui règne dans l’œil du cyclone (pression minimale 902 hPa pour Katrina). Cette zone dépressionnaire absorbe en quelque sorte l’océan et provoque une élévation de son niveau. Il faut ajouter à cela les vents qui poussent l’océan faisant ainsi monter le niveau de la mer. Lorsque cela a lieu en plein océan, elle n’a aucune conséquence par contre aux abords des rivages, elle est dévastatrice.


Cette petite animation permet de comprendre facilement ce phénomène.

Animation :http://www.nhc.noaa.gov/surge/animations/surgea.swf


Les différents types de côtes influent sur les conséquences de cette marée de tempête, si celle-ci a lieu sur un fond marin peu profond et un relief relativement plat la marée inondera facilement la côte (cf. l’animation ci-dessus). En revanche si le fond marin est plus profond et que la côte possède un relief plus escarpé, la marée de tempête aura moins d’impact :


Animation : http://www.nhc.noaa.gov/surge/animations/surgeb.swf


Voici une image résumant le fonctionnement d’une marée tempête :






             2) La houle cyclonique 


Lors de l’arrivée de Katrina sur la Floride, on a observé d’importantes vagues allant jusqu'à 8 mètres de haut emportant tout sur leurs passages, comme on peut le voir sur la vidéo. La hauteur de ces vagues ajoutée à une marée de tempête de 8 mètres, on arrive à une élévation totale du niveau de la mer de 16 mètres.

La houle cyclonique est provoquée par les vents extrêmement puissants que génèrent un cyclone, on voit ainsi la formation de vagues très importantes (jusqu’à 30 mètres). Celles-ci sont  irrégulières et croisées du fait des vents tourbillonnants et soufflants en rafales. Elles peuvent engendrer d’importants dégâts à l’intérieur des côtes et être ressenties jusqu'à 1000 kilomètres de l’œil du cyclone. De plus, la houle cyclonique demeure après le passage du cyclone.


             3) Les précipitations 


On observe tout au long de la vidéo d’intenses précipitations. En effet, comme le montre la photo ci-dessous, il est tombé jusqu'à 17 pieds de pluies par cm², soit 431,8 mm de pluie.  Après être devenue une tempête extratropicale, elle continue de déverser des pluies diluviennes avec jusqu’à 110 mm de pluie au Québec en 12h.


                                            



On voit se dessiner la trajectoire du cyclone Katrina sur les terres américaines grâce à ce relevé pluviométrique. Ce n’est pas le phénomène qui a occasionné le plus de dégâts mais il a permis l’amplification de l’inondation en Nouvelle-Orléans.

Le cyclone qui est composé de nuages provoque des précipitations plus ou moins importantes sur son passage. Il est organisé en bandes spiralées de pluies : « ce sont des bandes d’orages et de pluies abondantes qui s’enroulent autour d’un ouragan. » (Définition provenant de ce site : http://www.ec.gc.ca/ouragans-hurricanes/default.asp?lang=fr&n=2A2FBAF1-1 ).

La pluie n’a pas vraiment eu un impact important car la région de la Nouvelle-Orléans est plate. Dans des endroits comme la Martinique où le relief est montagneux, cela peut entraîner des coulées de boues mortelles. Ce qui n’est pas le cas avec Katrina.


    4) Les vents violents 


On voit sur la vidéo, les vents plier les arbres ou même arracher des pans de murs entiers, on remarque même des maisons entièrement détruites à cause de la puissance de ces vents. Des vents atteignant jusqu’à 281 km/h ont été mesurés lors du passage de l’ouragan Katrina. Les vents ont une grande importance dans les cyclones, en effet ils permettent de les classifier grâce à l’échelle de Saffir-Simpson :


                  







    Cette photographie met en évidence la vitesse des vents lorsque le cyclone passe sur le territoire américain. La vitesse du vent est en miles par heure, 120 MPH représentent 193 km/h. Cette image démontre bien que les vents les plus puissants sont situés au plus prés du mur de l’œil et ils s’atténuent plus on s’éloigne de celui-ci.





       B/ LES CONSÉQUENCES DE KATRINA SUR LE TERRITOIRE AMÉRICAIN


Le cyclone Katrina a ravagé une zone de 235 00 km² soit l’équivalent de la moitié du territoire français.  De nombreux états ont été touchés comme le montre le tableau suivant :


    Alabama: 2 morts

    Floride: 14 morts

    Géorgie: 2 morts

    Kentucky: 1 mort

    Louisiane: 1 577 morts

    Mississippi: 238 morts

    Ohio: 2 morts

    Total: 1 836

    Disparus: 135


    Les chiffres sont significatifs, c’est bien l’état de la Louisiane qui a été le plus durement touché. Ceci est en grande parti du à sa localisation (ses côtes s’ouvrent sur l’océan Atlantique) et au fait qu’une partie de la Louisiane est située sous le niveau de la mer. Les inondations, résultant de la destruction en plusieurs points de la digue, ont donc été désastreuses pour la région. En effet 80% de la Nouvelle Orléans était sous les eaux. Les conséquences sur cette ville ont été désastreuses : des milliers de maisons détruites ou rongées par la pourriture, prés d’un million de personnes déplacées, des épidémies qui démarrent (choléra, dysenterie, des bactéries dans l’eau etc…), des émeutes et des pillages. De plus, la nouvelle-Orléans, qui est un état producteur de pétrole, a du arrêter sa production. Cela a engendré une montée des prix du pétrole. La catastrophe a aussi été écologique : des millions d’arbres arrachés, 22 000 tonnes de pétrole déversées dans le Mississippi. 


                              


Image avant/après Katrina, on observe l’importance des inondations.


L’animation récupérée sur le site internet de la Nouvelle-Orléans montre la chronologie des inondations dans  la ville. Les digues ont été totalement inefficaces et la ville se retrouve entièrement sous les flots.


http://www.nola.com/katrina/graphics/flashflood.swf


Les dégâts matériels ont surtout été causés par l’envahissement de l’océan dans la ville à cause de la rupture des digues. Au total le cyclone Katrina aura occasionné plus de 125 milliards dollars de dommages, il détient le record du cyclone le plus couteux de l’histoire.


Ci-dessous une image témoignant de la puissance de destruction de Katrina. Les deux bâtiments alors présents en septembre 1998 se font complètement détruire par la force des vents ainsi que des vagues.


                        



        C/ PREVISION CYCLONIQUE


Durant notre travail sur ce TPE, nous avons eu la chance de rencontrer à deux reprises un prévisionniste de météo France qui nous a  grandement renseignés sur notre sujet.

Il a travaillé pendant plusieurs années en Martinique comme prévisionniste sur les cyclones .(la Martinique est une région touchée par ces phénomènes). Voici une partie d’une de nos interviews où Monsieur Lavogiez explique la prévision cyclonique, dont notamment la méthode Dvorak.


http://www.youtube.com/watch?v=ed_oSiyO3bY



  http://www.youtube.com/watch?v=ed_oSiyO3bY
































La prévision cyclonique repose sur 3 grands axes :


-la technique Dvorak dont Monsieur Lavogiez a évoqué les principes.

- les modèles de prévision

-la reconnaissance par avion


Les radars situés prés des côtes du fait de leur courte porté  ne permettent pas de prévenir la population à temps.


La technique Dvorak :


Cette technique a été établie par le scientifique américain Vernon Dvorak dans les années 70, elle permet de prévoir la trajectoire d’un cyclone à partir d’images satellites. A partir d’une analyse approfondie d’images d’un cyclone, une prévision fiable sous 24 heures peut être donnée de son évolution et de son intensité. Cette technique est actuellement utilisée dans 11 centres de prévision cyclonique.


Les modèles de prévision :


Ce sont des modèles qui à partir d’équations physiques de l’atmosphère permettent d’établir une trajectoire probable du cyclone. Ils sont maintenant fréquemment  utilisés à travers les différents centre de prévision cyclonique, leur arrivée est due au développement de l’imagerie satellitaire qui est très récente comme le souligne Monsieur Lavogiez. En voici un exemple provenant du NHC (National Hurricane Service) : http://www.nhc.noaa.gov/archive/2005/KATRINA_graphics.shtml






La reconnaissance aérienne :


La reconnaissance aérienne est à ce jour le meilleur moyen pour recueillir des informations cruciales sur un cyclone. Des avions sont envoyés dans les cyclones et doivent traverser le mur de celui-ci pour pouvoir recueillir une multitude d’informations : vents maximum dans le mur, le gradient de pression, la température maximale, etc…

Durant leur traversée, ces chasseurs de cyclone lancent plusieurs sondes météorologiques qui récupèrent ces informations.

La vidéo ci-dessous présente leur mission  et explique comment celle-ci se déroule :


  http://www.youtube.com/watch?v=a-SnxC-BkPo&feature=related






































Une fois la dangerosité du cyclone évaluée,  les institutions (comme le NOAA) peuvent envoyer des bulletins d’alertes aux régions touchées par le cyclone.

Voici un le bulletin d’alerte publié par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) le 28 Août 2005 à 10h11min avertissant des possibles conséquences de Katrina :


000

WWUS74 KLIX 281550

NPWLIX

URGENT - WEATHER MESSAGE

NATIONAL WEATHER SERVICE NEW ORLEANS LA

1011 AM CDT SUN AUG 28 2005...

DEVASTATING DAMAGE EXPECTED...

HURRICANE KATRINA...A MOST POWERFUL HURRICANE WITH UNPRECEDENTED STRENGTH...RIVALING THE INTENSITY OF HURRICANE CAMILLE OF 1969.

MOST OF THE AREA WILL BE UNINHABITABLE FOR WEEKS...PERHAPS LONGER. AT LEAST ONE HALF OF WELL CONSTRUCTED HOMES WILL HAVE ROOF AND WALL FAILURE. ALL GABLED ROOFS WILL FAIL...LEAVING THOSE HOMES SEVERELY DAMAGED OR DESTROYED.

THE MAJORITY OF INDUSTRIAL BUILDINGS WILL BECOME NON FUNCTIONAL. PARTIAL TO COMPLETE WALL AND ROOF FAILURE IS EXPECTED. ALL WOOD FRAMED LOW RISING APARTMENT BUILDINGS WILL BE DESTROYED. CONCRETE BLOCK LOW RISE APARTMENTS WILL SUSTAIN MAJOR DAMAGE...INCLUDING SOME WALL AND ROOF FAILURE.

HIGH RISE OFFICE AND APARTMENT BUILDINGS WILL SWAY DANGEROUSLY...A FEW TO THE POINT OF TOTAL COLLAPSE. ALL WINDOWS WILL BLOW OUT.

AIRBORNE DEBRIS WILL BE WIDESPREAD...AND MAY INCLUDE HEAVY ITEMS SUCH AS HOUSEHOLD APPLIANCES AND EVEN LIGHT VEHICLES. SPORT UTILITY VEHICLES AND LIGHT TRUCKS WILL BE MOVED. THE BLOWN DEBRIS WILL CREATE ADDITIONAL DESTRUCTION. PERSONS...PETS...AND LIVESTOCK EXPOSED TO THE WINDS WILL FACE CERTAIN DEATH IF STRUCK.

POWER OUTAGES WILL LAST FOR WEEKS...AS MOST POWER POLES WILL BE DOWN AND TRANSFORMERS DESTROYED. WATER SHORTAGES WILL MAKE HUMAN SUFFERING INCREDIBLE BY MODERN STANDARDS.

THE VAST MAJORITY OF NATIVE TREES WILL BE SNAPPED OR UPROOTED. ONLY THE HEARTIEST WILL REMAIN STANDING...BUT BE TOTALLY DEFOLIATED. FEW CROPS WILL REMAIN. LIVESTOCK LEFT EXPOSED TO THE WINDS WILL BE KILLED.

AN INLAND HURRICANE WIND WARNING IS ISSUED WHEN SUSTAINED WINDS NEAR HURRICANE FORCE...OR FREQUENT GUSTS AT OR ABOVE HURRICANE FORCE...ARE CERTAIN WITHIN THE NEXT 12 TO 24 HOURS

ONCE TROPICAL STORM AND HURRICANE FORCE WINDS ONSET...DO NOT VENTURE OUTSIDE


Traduction:

DES DOMMAGES DEVASTATEURS SONT ATTENDUS…

CYCLONE KATRINA…UN CYCLONE EXTREMEMENT PUISSANT AYANT UNE FORCE SANS PRECEDENT…RIVALISANT AVEC L’INTENSITE DU CYCLONE CAMILLE DE 1969.

LA PLUPART DE LA ZONE SERA INHABITABLE PENDANT DES SEMAINES…PEUT ETRE PLUS. AU MOINS LA MOITIE DES HABITATIONS BIEN CONSTRUITES AURONT DES DOMMAGES AU NIVEAU DU TOIT ET DES MURS. LES TOITS A PIGNONS SERONT DEFECTUEUX… LAISSANT LES HABITATIONS DUREMENT ENDOMMAGES OU DETRUITES.

LA MAJORITE DES BATIMENTS INDUSTRIELS NE SERONT PLUS FONCTIONNELS. UNE DESTRUCTION  PARTIELLE OU COMPLETE DES TOITS ET DES MURS EST ATTENDUE. TOUTES LES HABITATIONS BASSES AYANT UNE OSSATURE EN BOIS SERONT DETRUITES. LES HABITATIONS BASSES EN DALLE DE BETON SUBIRONT LA MAJORITE DES DEGATS… INCLUANT DES ECROULEMENTS DES TOITS ET DES MURS.

LES BUREAUX ET LES APPARTEMENTS ELEVES SERONT DANGEREUSEMENT SECOUES… CERTAINS SERONT SUR LE POINT DE S’EFFONDRER. TOUTES LES FENETRES EXPLOSERONT.

LES DEBRIS PORTES PAR LE VENT SERONT REPANDUS… ET CELA POURRAIT INCLURE DE LOURDS OBJETS TELS QUE DE L’ELECTROMENAGER OU DES VEHICULES LEGERS. DES VOITURES DE SPORT ET DES CAMIONNETTES SERONT DEPLACEES. LES DEBRIS SOUFFLES PAR LE VENT PROVOQUERONT DES DEGATS SUPPLEMENTAIRES. LES PERSONNES…LES ANIMAUX…ET LE BETAIL EXPOSES AU VENT SERONT SOUMIS A UN DANGER DE MORT S’ILS SE FONT HEURTER.

 LES PANNES DE COURANT DURERONT DES SEMAINES…TANT QUE LES POTEAUX ELECTRIQUES SERONT HORS SERVICE ET LES TRANSFORMATEURS DETRUITS. LES PENURIES D’EAU CAUSERONT D’INCROYABLES SOUFFRANCES HUMAINES POUR LES TEMPS MODERNES.

LA GRANDE MAJORITE DES ARBRES SERONT CASSES NET OU DERACINES.

SEULS LES ARBRES LES PLUS ROBUSTES DEMEURERONT DEBOUT… MAIS SERONT TOTALEMENT DEFOLIES (SANS FEUILLES). QUELQUES CULTURES RESTERONT. LE BETAIL LAISSE EXPOSE AU VENT SERA TUE. UNE ALERTE A L’OURAGAN  EST DECLENCHEE QUAND DES VENTS SOUTENUS PROCHE DE LA FORCE DE L’OURAGAN OU DE FREQUENTES RAFALES DE NIVEAU OURAGAN OU AU-DELA SONT CERTAINS POUR LES 12 à 24 PROCHAINES HEURES.

DES QUE LA  TEMPETE TROPICALE ET  LES VENTS DE LA FORCE DE L’OURAGAN FONT LEUR APPARITION… NE VOUS AVENTUREZ PAS DEHORS !

Ce bulletin d’alerte alarmant publié  24 heures avant l’arrivée du cyclone est assez représentatif des dégâts qu’il occasionnera au final.